PRODUITS SANS SUCRE CONTENANT DES POLYOLS

Dernière mise à jour : 2 mai


Les aliments sans sucre ont le vent en poupe et les enfants ne sont pas oubliés par les industriels, il en existe de plus en plus pour cette catégorie de consommateurs, déculpabilisant les parents qui, du coup, en achètent à leurs bambins, sans arrière-pensée. J'y mettrais cependant un bémol.



Ces produits contiennent des polyols (sucres-alcool) tels que :

- le xylitol (E967) : bien toléré par le système digestif en général.

- le sorbitol (E420) : mal toléré par le système digestif.

- le mannitol (E421) : indice glycémique nul.

- l'isomalt (E953) : donne du corps et du volume aux préparations pâtissières. Il peut être utilisé pour réaliser des décors en sucre translucides, mais aussi dans la confection de pâtisserie où il limite la reprise d'humidité.

- le maltitol (E965) : possède un impact fort sur la glycémie et est très mal géré par l'insuline, à éviter pour les diabétiques, car il peut provoquer des pics de glycémie.

- le lactitol (E966) : son usage est interdit dans les boissons dans la mesure où les quantités nécessaires à l'effet recherché seraient telles qu'elles pourraient entraîner des diarrhées. En cas de consommation dépassant 15 à 20 g par jour, le lactitol possède un effet laxatif. Très stable à la cuisson, il est utilisé dans des préparations culinaires pour ses propriétés techniques similaires à celles du saccharose.

- l'érythritol (E968) : ne passe pas par les intestins, il est directement éliminé dans les urines. Indice glycémique nul. D'origine naturelle, même s'il est transformé industriellement, il est présent dans les algues, le vin, le miso et les fromages affinés, un peu dans les champignons et dans certains fruits mûrs (melon, poires, raisins). Utilisé dans les régimes pauvres en glucides et dans le régime cétogène, il convient aux diabétiques. L'érythritol n’est pas transformé en graisses dans le corps, comme le sucre, il n’a donc aucun impact sur le taux de triglycérides dans le sang ni sur le pourcentage de graisse corporelle, un point positif en cas d'objectif minceur.


NE PAS EN ABUSER...


Ces additifs alimentaires composés de sucres-alcool (qui, malgré leur nom, ne contiennent pas d'éthanol qui rend ivre) sont obtenus industriellement, mais ils existent aussi naturellement en petites quantités dans de nombreux fruits et légumes. Ils possèdent une structure similaire au sucre, avec un pouvoir sucrant presque identique, mais sont nettement moins caloriques et limitent grandement l'absorption du sucre par notre organisme - indice glycémique très bas (1). Les polyols sont des édulcorants énergétiquement faibles (par rapport aux édulcorants non énergétiques n'apportant, eux, carrément aucune calorie, comme l'aspartame, l'acésulfame K, le sucralose, la saccharine, les glycosides de stéviol...). Ils ont aussi la particularité d'être non cariogènes (2), notamment le xylitol et le sorbitol que l'on retrouve dans les chewing-gums, les bonbons, les glaces, les confitures, les boissons, les dentifrices et les médicaments.

MAIS ATTENTION !


1er bémol, ils doivent être consommés avec modération et seulement de temps en temps ! En effet, les polyols sont assez peu digestibles car ils ne sont pas entièrement absorbés par l’intestin grêle. Ils attirent l'eau vers l'intestin, ce qui peut donc entraîner des désagréments d’ordre digestif comme des ballonnements, des douleurs abdominales, crampes ou diarrhées, lorsqu’ils sont consommés à forte dose ou chez les personnes sensibles ou aux intestins déjà fragilisés (effet laxatif assez important et provoquant fréquemment des gaz), à éviter pour les personnes souffrant du syndrome du côlon irritable et celles qui ont une sensibilité aux FODMAPs.

Second bémol, ils n'aident pas au sevrage du sucre, en raison de leur goût sucré qui entretient la dépendance.


Recommandations : ne pas encourager leur consommation et leur préférer les sucres naturels des fruits frais et des fruits secs, des oléagineux qui peuvent remplacer avantageusement et plus sainement les friandises habituelles au goûter ou en collation, entre les repas, pour s'habituer à manger moins sucré. Et en cas de consommation de friandises sucrées occasionnelles, préférez-les non édulcorées, choisissez tout simplement des chewing-gums et des produits au saccharose (sucre de table issu de la betterave ou de la canne à sucre), et savourez-les avec modération.



LE XYLITOL, TOXIQUE POUR NOS AMIS LES CHIENS !


Si le xylitol est bien toléré par nous les humains, il est toxique, voire mortel pour les chiens. Chez eux, ce sucre-alcool est plus rapidement absorbé et leur corps produit tout de suite de grandes quantités d'insuline, ce qui peut conduire à une hypoglycémie réactionnelle forte et peut leur être fatal (entre 10 à 60 mn après ingestion). A partir de 0,5 gr/kg, le xylitol peut être à l'origine d'une nécrose hépatite aiguë. Les symptômes incluent vomissements et tous les signes d'une hypoglycémie : baisse d'activité, une faiblesse musculaire, une démarche chancelante, une incoordination motrice, des convulsions, voire une chute. C'est une urgence et il faut aller consulter immédiatement un vétérinaire, car sans traitement les effets toxiques du xylitol peuvent rapidement devenir mortels chez le chien. > Chez le chat, la toxicité du xylitol n'est pas démontrée ni documentée. L'espèce féline est sans doute plus épargnée à cause de sa prudence en matière alimentaire (c'est un animal difficile qui reste très sélectif avec sa nourriture et n'apprécie les friandises qu'avec parcimonie).

Recommandations : tenir hors de portée des chiens les produits contenant du xylitol, y compris ceux qui ne sont pas alimentaires comme les dentifrices et les médicaments qui peuvent aussi contenir des polyols dont le xylitol. Et restez très vigilants avec les chats et les autres animaux.


CONSEILS EN CAS DE DÉRANGEMENT INTESTINAL

SUITE À UNE CONSOMMATION EXCESSIVE :


Utilisez ce que vous avez à la maison. Il est toujours bon d'avoir du charbon actif, de l'argile, de l'hydrolat de basilic (via le producteur, sans additif) et une trousse de remèdes homéopathiques pour les petites urgences du quotidien :


- Homéopathie : Magnesia phosphorica 5 CH (pour les spasmes et les crampes) et Podophyllum 9 CH en cas de diarrhée abondante et China officinalis 15 CH (perte liquide, ballonnements, gaz). Prendre 3 granules de chaque remède chaque heure jusqu'à amélioration (ou 3 à 4 fois par jour). Stopper toujours dès amélioration. - Hydrolat de Basilic grand vert (antispasmodique très efficace) et/ou hydrolat de Menthe poivrée (antispasmodique, digestif et antiseptique intestinal) : 1 bouchon dans un grand verre d'eau (250 ml) 2 à 3 fois par jour jusqu'à ce que vous vous sentiez mieux. 1/2 dose pour un enfant à partir de 3 ans. - Repos allongé(e), avec une bouillotte chaude sur le foie et le ventre. - Jus de myrtille : un petit verre 2 à 3 fois par jour pour un enfant.

- Charbon actif : 2 gélules 3 fois par jour pour un adulte. Pour un enfant, 1 gélule par jour (éventuellement, ouvrir la gélule et la délayer dans un 1/2 verre d'eau, à boire avec une paille). OU Argile blanche : 1 fois par jour, délayez 1 cuillerée à café (en bois ou en plastique, jamais de métal) dans un verre d'eau et buvez tout.

- Alimentation : banane bien mûre, coing et pomme en compote maison nature, riz basmati et eau de cuisson du riz, carottes cuites, bouillons de légumes et/ou bouillon d'os, viande (dinde, poulet) et poisson maigres.

---------------------------------------


Pour ce qui est des produits sucrés, édulcorés, faites simple, diminuez petit à petit vos apports de sucre au quotidien, et évitez de consommer autant que possible des produits transformés industriellement : leur consommation doit rester ponctuelle, voire exceptionnelle et ne doit surtout pas devenir une habitude.


Sylvie Boizet - Naturopathe


Notes :

(1) Plus l’index glycémique est élevé, plus les glucides contenus dans l’aliment sont "libérés" dans le sang. Le pancréas va alors sécréter une hormone, l'insuline, pour faire entrer cet arrivage de sucre dans les cellules du corps, qui utiliseront ce glucose comme source d’énergie ou le mettront en réserve dans le foie et les muscles pour une utilisation future. En adoptant un régime à faible indice glycémique, vous ménagez votre pancréas et réduisez considérablement la sécrétion d’insuline par votre organisme, car l’insuline favorise le stockage des graisses.

(2) Non cariogènes, car les bactéries présentes dans la bouche ne peuvent pas utiliser ces sucres comme substance nutritive, ce qui empêche la production d'acides, nuisibles pour les dents et qui entraîne le processus de déminéralisation de l'émail.


38 vues0 commentaire