top of page

COLORANT E171 INTERDIT ? OUI, MAIS NON...

Dernière mise à jour : 31 déc. 2022


Depuis le 1er janvier 2020, cet additif E171 (une nanoparticule), appelé dioxyde de titane, et qui était présent un peu partout dans les pâtisseries, les bonbons et autres confiseries, sans parler d'un tas d'autres produits de consommation ultra-transformés, est interdit dans les produits alimentaires (c'est un colorant qui permet aux préparations d'être plus blanches comme c'était le cas en pâtisserie pour blanchir le chocolat blanc qui est beige à l'origine... etc). Mais, cherchez l'erreur, interdit, SAUF dans les dentifrices, les médicaments, certains compléments alimentaires et les cosmétiques !


Ainsi, pour ne parler que de ce secteur, 75 % du dictionnaire médical, le VIDAL, fourmille de produits pharmaceutiques contenant cet additif considéré pourtant comme suffisamment dangereux (cancérigène) pour être interdit en alimentation, mais visiblement pas pour les soins aux personnes souffrants d'une ou plusieurs pathologies. C'est d'une incohérence absolue doublée d'une irresponsabilité totale à tous les niveaux décisionnels des organismes de santé publique !

Le courage (ou des intérêts mal placés) leur manque donc pour aller jusqu'au bout de leurs intentions (par peur de froisser certains lobbies...?). Donc, prendre des médicaments, vous laver les dents, vous parfumer ou vous enduire de crème, de shampoing, vous complémenter, vous expose toujours aux effets nocifs de cette substance. Et vous aurez remarqué sur la liste que je viens de partager, que les aliments impliqués dans l'interdiction sont aussi ceux que les enfants aiment en général consommer.... S'ils sont dorénavant "protégés" au niveau alimentaire, pour le reste, nous continuons tous à être impactés.

Mieux vaut donc prendre soin de votre santé, de celle de vos enfants et prévenir en amont en lisant bien, avant achat, la liste des ingrédients (les excipients) de ces produits de synthèse contenus dans vos produits de beauté et de santé ! Et ne vous illusionnez pas : si le E171 est interdit, il y a bien d'autres additifs douteux toujours utilisés (et la liste est longue) contenus dans les produits ultra-transformés (dont les compléments alimentaires). D'où l'intérêt d'en consommer le moins possible et de faire soi-même !

Ces nanoparticules polluent votre sang et circulent dans votre corps pour aller se fixer un peu partout. Elles peuvent même passer la barrière hémato-encéphalique et on ne dispose pas encore d'assez de recul pour en comptabiliser tous les effets dévastateurs. On se demande quel nombre de victimes il faudra atteindre encore avant que le législateur ne se décide à définitivement bannir ces additifs douteux et délétères pour la santé ?

En attendant, l'industrie agro-alimentaire et Big-pharma ont encore de beaux jours devant eux, sans se faire trop de soucis, la législation étant toujours plus favorable aux industriels qu'aux victimes potentielles.

Extrait d'une étude dont vous retrouverez le lien ICI : " (...) le E171 pénètre la paroi de l’intestin et passe bel et bien dans le sang puisqu’on en retrouve trace dans le foie des rongeurs. Deuxième découverte : au bout de sept jours, on constate des phénomènes qui signent un abaissement des défenses immunitaires. Et enfin, des lésions précancéreuses se forment chez 40 % des animaux et de telles lésions induites volontairement voient leur développement accéléré par l’additif. « On ne peut pas extrapoler sur cette seule base et conclure que le dioxyde de titane est cancérogène pour l’homme, précise Fabrice Pierre, directeur de recherche à l’unité Toxalim de l’Inra (Institut national de recherche agronomique), un des responsables de l’étude. Mais cela justifie clairement qu’une étude de carcinogenèse selon les lignes directrices en vigueur soit désormais menée, avec une attention particulière portée aux effets sur l’immunité."

Personnellement touchée par une maladie inflammatoire de l'intestin et accompagnant des personnes dans le même cas, je n'ai de cesse de les alerter quant à tous ces nombreux additifs contenus dans pratiquement tous les produits imaginables et consommés régulièrement par la majorité de la population. Il ne faut donc pas s'étonner que les maladies inflammatoires intestinales connaissent une augmentation toujours plus importante d'année en année et soient principalement en recrudescence dans les pays industrialisés. Et il n'y hélas pas que ces pathologies-là... car les personnes atteintes de plusieurs soucis de santé consomment souvent plusieurs médicaments différents en même temps, pendant de longues périodes et parfois à vie : ces molécules nocives se cumulent alors pour constituer un cocktail détonant (une soupe toxique), des bombes à retardement appelées à produire des dysfonctionnements graves qui se cumulent à leurs pathologies déjà existantes, voire des cancers... Faites le lien !


Alors, que faire ? Une assiette équilibrée, une bonne hygiène de vie et des compléments bien choisis et utilisés avec discernement et modération, ainsi que le fait-maison sont une des meilleures solutions pour préserver un maximum sa santé et celle de ses proches. Et dans le meilleur des cas, cela permet aussi de diminuer, dans la mesure du possible, votre consommation de cachets médicaux, en vous cantonnant au strict nécessaire (après l'accord de votre médecin ayant constaté l'amélioration de votre état de santé).

Sylvie Boizet - Naturopathe

Comentários


bottom of page