COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, LA PANACÉE ?


Croire que les compléments alimentaires vont nous guérir est une croyance encore largement répandue dans la majorité de la population. Parce qu’ils éviteraient davantage les effets secondaires que les médicaments chimiques de synthèse, on se rabat sur eux, en confiance, sans se poser de questions. Et pourtant, ils sont, en grande majorité, composés eux-mêmes de molécules de synthèse et participent à la même idéologie qui illusionne encore le plus grand nombre : éradiquer le symptôme serait une preuve de guérison. Or, rien n’est plus faux.


Inondant internet, les rayons des pharmacies, parapharmacies de supermarché et des magasins bios, les compléments alimentaires ne sont pas tous anodins et ne devraient être considérés tout au plus que comme des béquilles, pouvant avoir leurs bénéfices temporairement. Mais encore faut-il savoir les choisir et faire un tri drastique, car ce terme de « compléments naturels » leurrent le consommateur. C’est aussi mon travail de vous l’expliquer en consultation.

Réfléchissons un peu : lorsque vous souffrez d’une fracture, est-ce la béquille qui répare votre os cassé ? Non, bien évidemment. C’est le repos et votre alimentation, donc la nature du carburant que vous allez donner à votre corps qui enclenche le processus naturel de réparation. Accessoirement, vous pourrez l’accompagner avec des remèdes bien sélectionnés pour l’aider dans son travail de consolidation. Mais même sans cela, si vous apportez une nourriture saine et équilibrée à votre corps et que vous le ménagez, il fera le job aussi bien que possible ! Car c'est votre corps, le vrai guérisseur. Et c’est vous qui êtes aux commandes pour l’accompagner dans ce pourquoi il est conçu : vous maintenir en vie et en bonne santé ! Aucun remède ne pourra faire cela aussi bien que lui.


Un complément efficace est donc celui qui tient le rôle d’assistant pour booster l’organisme au bon moment. C’est en apprenant à bien le choisir que vous vous éviterez des dépenses inutiles et souvent onéreuses. Un complément alimentaire doit être le plus naturel possible, pris en cure ponctuelle uniquement, sans additifs, ni excipients douteux et controversés (il y a de quoi dire !). S’il est de synthèse, pris à tort et à travers, inadapté à votre cas, et sur du long terme, il peut avoir des conséquences indésirables, des contre-indications et leurrer vos récepteurs cellulaires donc nuire à l’intelligence innée de votre organisme en l’empêchant d’accomplir ses multiples fonctions correctement.


Gardez bien en tête qu’un bon complément alimentaire est là pour vous soutenir dans la phase de réparation ou lors d’une réforme alimentaire, lors de carences avérées et pour rééquilibrer votre organisme en cas de problème inflammatoire. En prévention, il sera pris sous forme de cure régulières à des moments opportuns ou lorsque vous sentez une baisse de régime, toujours en parallèle d’une hygiène de vie équilibrée. Un complément alimentaire ne remplacera jamais une alimentation vivante, biologique, variée, colorée, de saison, adaptée à votre constitution et à votre âge !


La vraie santé provient d’un équilibre global à tous les niveaux : alimentaire, physique, mental, spirituel. En agissant sur les causes réelles en amont, en les comprenant à l’aide d’une introspection et d'une prise de conscience salutaires, on a de moins en moins besoin de béquilles. C’est le vrai chemin de l’autonomie, savoir se passer des compléments… et ne les utiliser qu’à bon escient et de temps en temps.

Ce sont les principes mêmes de la naturopathie et ce qui fait toute l’utilité d’aller consulter un naturopathe dont le travail consiste à faire de la pédagogie de santé, à vous apporter des conseils sur-mesure, et au final à vous faire gagner du temps et de l’argent, en vous évitant les errances médicales qui démotivent, épuisent, sapent votre énergie et aggravent vos problèmes.


La consommation compulsive de compléments alimentaires, sans discernement, peut pratiquement s'apparenter à un TOC, c'est un peu comme ce que l'on dit en langage familier, "pisser dans un violon", et ne servira qu'à fatiguer un peu plus le foie qui a déjà fort à faire de nos jours avec tous les toxiques à traiter que nous ingérons au quotidien, mais sans améliorer durablement la santé !


Sylvie Boizet - Naturopathe

11 vues0 commentaire